Encore récemment, je demandais à des futurs mariés s’ils allaient prendre un vidéaste pour leur mariage. Ce à quoi ils m’ont répondu, le sourire aux lèvres: « nous on trouve ça un peu kitch, la vidéo ».

Je leur ai donc rétorqué qu’il y avait d’excellents vidéastes, qui justement sortaient de l’image du mariage traditionnelle. Je me suis dit que ça pouvait être sympa de vous partager quelques vidéastes basés en France, qui, pour moi sortent vraiment du lot.

Les descriptions que je vais faire sont purement personnelles et peut-être que vous aurez une toute autre interprétation de leur travail.

Pierre & Julie: Brut et Naturel

J’ai découvert Pierre & Julie récemment, sur Instagram. Plus précisément, je suis tombé sur cette vidéo (en dessous). Je n’ai pas fini la vidéo avant d’aller « follow » cette petite mine d’or. Je les ai suivi parce que je me suis dit « enfin des vidéastes qui sortent du lot ! ».

Ils osent faire quelque chose de nouveau (et je ne dis pas que c’est facile !). L’idée même de briser les codes du film de mariage dans ce shoot d’inspiration (cela parlera de soi). On sent qu’il y a une vraie recherche sur l’audio, le choix de la musique, les sons d’ambiance. Les introductions sont parfaites et nous plongent directement dans quelque chose de l’ordre du film plutôt que du classique « film de mariage ». Et cela, c’est juste pour le son.

L’image est parfaite elle aussi avec ses couleurs sourdes/désaturées. Une image qui se marie très bien avec les prises de son d’ambiance (le vent par exemple) et qui évoque un côté brut et naturel:

 

Arthur Degorce: La délicatesse et l’intimité

J’ai fait un mariage avec Arthur et c’est le genre de mec toujours élégant. Costard à 35 degrés en Provence. Et rien que pour ça, il mérite clairement d’être ici dans ce petit top 3.

Plus sérieusement, chaque plan est plus parfait que le précédent. L’esthétique de l’image est juste parfaite elle aussi: des couleurs chaudes et parfaitement contrastées, une maîtrise parfaite des jeux de lumière. Un montage merveilleusement bien ficelé. Tout cela donne un aspect très cinématographique. Pour finir, il y a quelque chose de très féminin et de délicat. Beaucoup de plans proches, de détails qui ajoute une certaine intimité qui, personnellement, me saisi. 

Le mieux est que vous jetiez un coup d’oeil par vous-même:

 

 

Andrew Kelly: Le charme de la pellicule

Vous le savez peut-être pas, mais je suis un fan du rendu de la photographie argentique. Il en va de même pour la vidéo argentique. Ce grain, ces verts froids et ces tons de peaux parfaitement chauds. Et puis je suis particulièrement touché par la philosophie derrière le film aussi. Ne shooter qu’une fois, être bon dès le début et ne pas avoir droit à l’erreur. Et puis s’il y a des erreurs, et bien les accepter. Accepter l’imperfection du film aussi, qui fait son charme. C’est quelque chose de complètement différent et qui se perd avec le numérique.

C’est pourquoi j’aime prendre mon petit AE-1 argentique pour le travail personnel. Pour en revenir à nos moutons (oui j’ai utilisé cette expression), Andrew Kelly est donc un vidéaste qui filme entièrement à la Super 8, et d’une manière fabuleuse:

 

SHARE